Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cela faisait longtemps que je l'attendais, le voila enfin : le 9ème tome de De Capes et de Crocs, incontestablement ma série BD favorite ! J'en ai profité pour me ruer sur la magnifique coffret conçu pour accueillir les 3 derniers tomes de la série - non pas que je sois un collectionneur de goodies, mais cette série mérite amplement une exception.
Attente satisfaite : après des tomes 6 et 7 un peu déçevants, le tome 8 renouait avec le rythme et le panache habituel de la série.  Ce dernier opus est dans la droite ligne du précédent, et c'est donc avec grand plaisir que j'ai dévoré les dernières aventures de nos héros. Mais plutôt que de vous venter les mérites de cet album, parlons de la série elle-même, histoire de la faire à ceux qui auraient le tort de ne pas encore la connaître !

"A bord d'un vaisseau turc, un coffre. Dans le coffre, un écrin, dans l'écrin, une bouteill, dans la bouteille, une carte, et sur cette acrte... l'emplacement du fabuleux trésor des îles Tangerines ! ... Il n'en faut pas plus à deux fiers gentilshommes, fins bretteurs, batailleurs et rimmailleurs, pour se jeter dans une aventure qui, de geôles en galères, les mènera jusqu'aux confins du monde".

Voila pour le pitch de départ. Mais ce n'est qu'un début... Au fil des épisodes, nos deux héros, Armand Reynard de Maupertuis, renard Gascon au verbe aussi acéré que sa rapière, et Don Lope de Villalobos y Sangrin, le téméraire loup hidalgo, vont ainsi affronter tour à tour l'armateur vénitien Senile Spilorcio, véritable parodie d'Harpagon,  les corsaires turcs du Raïs Kader, les joyeux pirates du capitaine Booney Boone, le redoutable Mendoza, capitaine et chevalier de l'Ordre de Malte, et bien d'autres encore... Heureusement, nos héros pourront compter sur les compagnons qu'ils se feront en route, parfois même parmi leurs ennemis d'hier : les belles Hermine et Séléné, dont la conquète des coeurs pimentera constamment l'aventure, Eusèbe le doux lapin au mystérieux passé, Bombastus Johannes Théophrastus, l'inventeur fou,  et même le Maître d'Armes, un bretteur - poète - philosophe - scientifique - voyageur à mi-chemin de Cyrano de Bergerac et des Trois Mousquetaires.


Alain Ayroles, scénariste talentueux à qui l'on doit déjà le très bon Garulfo, nous livre une merveilleuse fresque mêlant habilement histoires de pirates et romans de capes et d'épées, cousue de nombreuses références littéraires et mythologiques. L'aventure voit l'entrée en scène (littéralement ! ;-) d'une impresionnante galerie de personnages attachants et aux caractères bien trempés, prétextes à de trucculents dialogues remarquablement travaillés. Cela ne manque pas d'engendrer moultes  situations alambiquées se dénouant dans des scènes anthologiques. Rebondissements innatendus et situations cocasses s'enchainenent et se multiplient dans une pagaille magnifiquement orchestrée, sur un fond humoristique omniprésent et d'une rare finesse. L'ensemble est on ne peut mieux mis en images par les illustrations et surtout les spmptueuses couleurs de Jean-Luc Masbou. Luxueusement travaillées, certaines cases sont presque de véritables mini tableaux, tandis que d'autres, au styles plus simple, regorgent de petits détails que l'on s'amuse à rechercher.

Diffcile de ne pas abuser de superlatifs devant cette série ! J'en fait un peu trop ? Jugez-en donc par vous-même, vous m'en donnerez des nouvelles !

Note globale : 10/10 sans hésiter car tout est bon : scénario, humour, dialogues, illustrations, subtilité...

Deux petites planches pour terminer :



 
Tag(s) : #Bibliothèque, #Critiques, #Pirates