Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un nombre d'absents / retardataires trop important à notre dernière séance hebdomadaire de jeu de rôle a été l'occasion d'essayer un petit jeu bien sympa : Oui, Seigneur des Ténèbres !, édité par fau Ubik.
 
Le thème est plutôt amusant : après une énième mission ratée, les sbires de Rigor Mortis, le Seigneur des Ténèbres, se présentent devant leur Maître pour tenter de justifier leur échec...
Le principe est assez simple. L'un des joueurs incarne le Seigneur des Ténèbres et va arbitrer la partie. Les autres joueurs jouent ses sbires. Le Seigneur des Ténèbres lance la partie en demandant à l'un des joueurs de lui expliquer comment s'est déroulée la mission ("Alors Langue-de-Serpent, avez vous réussit à kidnapper la Princesse Altia comme je vous l'avais ordonné ?"). Le joueur joue une carte "excuse" (qui comporte un lieu, un personnage, un évènement...), puis improvise un baratin cohérent devant intégrer cette excuse (exemple avec la carte "sombre forêt" : "Et bien Maître, tout allait bien jusqu'à ce que nous quittions la sombre forêt qui borde votre magnifique château..."). Les autres joueurs peuvent lui compliquer la tâche en lui ajoutant des cartes excuses de leur main, que le joueur devra à nouveau intégrer de manière cohérente à son récit. Mais il peut également jouer une carte action permettant de rejeter la faute à un autre joueur : "Tout allait bien jusqu'à ce que Draculina insiste pour emprunter un raccourci passant par la sombre forêt...". C'est alors à ce joueur de prendre la parole, pour poursuivre le récit et intégrer ses propres excuses, et ainsi de suite...
Si un joueur n'a plus d'excuses en main, si son récit n'est pas cohérent  ou trop hésitant, ou tout simplement s'il lasse le Seigneur des Ténèbres, celui-ci lui donne un regard-qui-tue. Au bout de trois, il a perdu, et la partie s'arrête...

Il s'agit donc ni plus ni moins que d'une variante du cadavre exquis, présentant la particularité de s'appuyer exclusivement sur des références Fantasy. Je ne suis pas certain que ce jeu ait une durée de vie très importante, ni qu'il convienne à tous les publiques (timides et non-rôlistes, passez votre tour...), mais en tout cas on a passé un bon moment à construire une sympathique histoire acadabrantesque. Avec une petite variante locale basée sur nos parties de Mega III, puisqu'à la base nous étions là pour ça : il s'agissait pour les Messagers Galactiques de présenter au Major Dryss le compte-rendu de leur dernière mission...

Si vous avez l'occasion d'essayer ce jeu, n'hésitez pas : si le tempo est bon, ce sera très certainement l'occasion de quelques bonnes barres de rires.
 
Tag(s) : #Jeux de plateau - cartes, #Critiques