Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce scénario pour Warhammer se déroule dans la baronnie de Locken, présentée dans un précédent article. Il constitue le deuxième scénario de l'Acte I de la campagne "Le Souffle des Dieux". Destiné à des personnages débutants, il peut être joué indépendamment de la campagne.


Interlude : Kidnapping !

 

Les évènements présentés dans ce paragraphe ne font pas partie du scénario, mais servent de transition entre "Luisa Pleure de se voir si Laide en ce Miroir" et la suite de la campagne "Le Souffle des Dieux".

 

Après la guérison de Luisa, les PJ et Bernardt deviendront les hôtes privilégiés des habitants de Baskerdorf, et seront invités à demeurer autant qu'il leur conviendra à l'auberge des Trois Brioches. Bernardt regagnera sa caverne des Collines Hurlantes ...non sans avoir profité pendant quelques jours du chaleureux confort offert par les habitants, et plus particulièrement de la cave bien garnie de l'auberge.


Quelques temps plus tard, quatre cavaliers à la mine patibulaire se présentent à l'auberge. Leur tenue poussiéreuse atteste d'un long voyage. Ils demandent où trouver Bernardt, afin de lui transmettre le message d'un vieil ami. La direction des Collines Hurlantes indiquée, nos cavaliers quittent immédiatement le village. Cette visite ne passera pas inaperçue dans le tranquille village de Baskerdorf, d'autant que, le lendemain, certains habitants aperçoivent les mêmes cavaliers faire chemin inverse, mais cette fois au grand galop et à travers champs afin de contourner Baskerdorf... Si les PJ ne l'ont pas, c'est Luisa qui aura immédiatement un mauvais pressentiment pour Bernardt. Une visite à sa caverne confrimera l'intuition. Elle porte les traces flagrantes d'une bagarre (objets brisés...), mais, heureusement, nulle tâche de sang. Et aucune trace de Bernardt... Celui-ci a été kidnappé !

 

Panique à Baskerdorf ! On ne peut abandonner ainsi le sauveur de Luisa entre les mains de personnes visiblement mal intentionnées ! Si les PJ ont bien sympathisé avec le sorcier de Jade, ils devraient se lancer d'eux même à la poursuite des ravisseurs de leur ami. Sinon, c'est Joachim Basker qui viendra le leur demander. S'il est vraiment nécessaire de convaincre les PJ, les villageois leur offriront quelques couronnes par tête pour les frais du voyage, et se montreront prêts à réunir une somme coquette en guise de récompense. En cas de résistance, n'hésitez pas à user des yeux doux de la belle Luisa, voir d'une promesse de mariage si cela est crédible au vu de ses relations avec les PJ... Ceux-ci ne reviendront de toute façon pas à Baskerdorf (ou tout au moins, pas avant un certain temps), mais ça, ils ne peuvent pas encore le savoir !

 

Les villageois ne disposent malheureusement que d'un seul cheval de selle, et c'est donc à pied qu'ils devront se lancer sur la piste, avec espoir de pouvoir retrouver la trace des ravisseurs.

 


Scène 1 : la bonne affaire.

Voila donc nos PJ sur la route de Delberz. Après quelques heures de marche, ils atteignent le pont de la Torrenche (cf l'article sur la Baronnie de Locken pour plus d'informations sur la région). Un spectacle peu commun les y attend : Sam Grossepanse, un colporteur halfeling, se trouve en fâcheuse difficulté. Une roue du modeste petit chariot qu'il tire lui-même vient de se briser en se coinçant entre deux planches du pont. Le colporteur malchanceux essaie tant bien que mal de dégager son véhicule, mais chacune des secousses ainsi provoquées ébranle l'hasardeux entassement de marchandises, et la chute d'une partie de celle-ci dans les flots tumultueux de la Torrenche semble inévitable... Les deux hommes d'armes en charge du péage installé à l'entrée du pont, bien loin d'aider le pauvre halfeling, se gaussent de la situation, tout en préparant la perche qui leur permettra de cueillir les quelques objets qui risquent bientôt de faire route à la surface des flots...

Gageons que les PJ ne manqueront pas d'apporter leur aide. Sam, en témoignage de sa reconnaissance, leur proposera immédiatement un bon prix sur quelques uns de ses articles. Parmi eux, une cape de voyages à capuchon ne manquera pas d'attirer l'œil des PJ : d'excellente facture, brodée de esthétiques arabesques d'argent, elle détonne immédiatement au milieu du bric-à-brac des articles. Un jet d'évaluation réussit confirmera que ce vêtement d'excellent facture est proposé à un prix dérisoire (3 couronnes pour un vêtement qui en vaut facilement une trentaine), tandis qu'un jet de sens de la magie indiquera que la cape est sertie de fils d'Ulgu !

Cette cape sera à l'origine de la suite des évènements, il est donc nécessaire que l'un des PJ en fasse l'acquisition. N'insistez pas trop fortement dessus sous peine d'attirer les soupçons des joueurs. Faites leurs acquérir d'abord quelques objets dérisoires (couteau, nourriture...), puis faites leur croire à une opportunité d'affaire uniquement due à un habile jet de dé de leur part (fouille, évaluation...). Idéalement, un PJ doté du sens de la magie repérera la cape et devrait immédiatement y voir l'occasion d'acquérir un objet magique à moindre frais. En termes de jeu, la cape permet de bénéficier d'un bonus de 10% aux jets de discrétion.

Une fois la transaction effectuée, Sam Grossepanse restera sur les bords de la Torrecnhe afin de réparer son chariot, tandis que les PJ reprendront leur chemin.

 


Scène 2 : Une tragique méprise.

Les PJ poursuivent tranquillement leur route, jusqu'à atteindre le petit village de Schondorf. Alors qu'ils dînent tranquillement, deux chasseurs de primes déboulent soudainement et tentent de se saisir du PJ portant la cape. Ils sont convaincus d'avoir affaire au célèbre Prince des Voleurs ! Personne ne sait à quoi ressemble ce dernier, mais, lors de son récent coup d'éclat à Delberz, un témoin a pu apercevoir la cape qu'il revêtait... Et c'est précisément celle-ci que les personnages viennent d'acquérir ! La confusion risque de ne pas être simple à dissiper, d'autant que la grosse récompense promise pour la capture du Prince des Voleurs ne rend pas les chasseurs de primes réceptifs à toute tentative d'explication...

 

L'agitation dans la taverne ne manque pas d'attirer l'attention des miliciens de Schnodorf. A moins d'une belle performance des PJ, ceux-ci se rangeront du côté des chasseurs de prime, et, par effet de masse, seront rejoints par une bonne partie des habitants de Schondorf, fiers de prendre part à la capture du célèbre Prince des Voleurs...


A moins que vos joueurs n'aient l'envie et les moyens de se payer le massacre d'innocents villageois, la fuite s'impose, et vite ! Seuls les deux chasseurs de primes présenteront une réelle difficulté. Si les miliciens et les villageois vont tenter de se mettre dans leurs pattes, ils ne devraient pas présenter une réelle adversité, et abandonneront le combat à la première goutte de sang pour les premiers, ou à la moindre intimidation sérieuse pour les seconds (arme dégainée...).

 

Les PJ pourront trouver refuge dans la forêt. Mais le repos sera de courte durée ! Dès le début de l'escarmouche, un villageois a corru au château du Baron Locken afin de l'avertir des évènements. Un groupe d'hommes d'armes descend immédiatement au village et commence à organiser une battue, tandis que deux autres groupes sont envoyés au galop pour renforcer et bloquer les accès  au pont du Totenhelm et à celui de la Torrenche. Voila nos PJ coincés dans cette charmante région, avec du beau monde à leurs trousses... Une seule solution : retrouver le Prince des Voleurs, pour dissiper cette tragique méprise ! Si l'idée leur vient de s'enfuir en faisant un grand détour par les Collines Hurlantes fin de contourner le Totenhelm, faites intervenir Torgen et les coupeurs d'oreilles (cf ci-dessous) pour leur bloquer la route et les rabattre vers Schondorf.

 

 

Scène 3 : Malencontrueuse baignade.

Les PJ devront rebrousser chemin pour interroger le colporteur halfeling. Sam Grossepanse est toujours au pont de la Torrenche, à tenter de réparer sa carriole. Les PJ devront trouver un moyen de l'interroger sans attirer l'attention des hommes du Baron stationnés au péage du pont. Pas vaillant pour deux sous, le colporteur avouera facilement tout ce qu'il sait. Dans la matinée avant de croiser les PJ, il a volé les vêtements de trois baigneurs, un homme et deux femmes, visiblement fort occupés à faire plus ample connaissance qu'à surveiller leurs affaires. Le butin ? Rien de grande valeur : quelques sous et pistoles, cette luxueuse cape, un couteau, et une rapière (peut être également vendus aux PJ), plus les vêtements. Saurait-il décrire les baigneurs ? Pas le moins du monde, il a filé sitôt son menu larcin commis. Où tout cela s'est-il passé ? Au niveau de l'étang qui borde un petit hameau  de bûcherons, à quelques heures au sud d'ici.

 

Direction le petit hameau, toujours en évitant de croiser des hommes du Baron (n'hésitez pas à donner quelques sueurs froides à vos joueurs, mais n'en faites pas trop non plus, la barronie de Locken est une région calme et tranquille, et non une place forte). Arrivés sur place, les PJ localiseront l'étang sans aucune difficultés, qui n'a malheureusement rien de particulier à leur apprendre. S'ils filent au hameau, ils découvrent trois petites bâtisses et leurs entrepôts de bois, qui encadrent une petite place au milieu de laquelle se tient un spectacle peu commun. Attaché par une lourde chaine à un robuste chêne qui occupe le centre de la place, un homme nu  comme un vers fait la cible de jets de tomates et oeufs pourries lancés par une demi-douzaines d'enfants en bas âges. A en juger par les traces qui maculent son corps, l'homme n'en est visiblement pas à sa 1ère prestation en tant que cible.

 

Les PJ aussitôt débarqués dans les lieux, un tonnerre d'aboiements retentit tandis que 3 gros chiens visiblement hargneux, mais heureusement attachés, se précipitent dans la direction. Le raffut ne manque pas d'attirer l'attention du propriétaire des lieux, un immense barbu qui se présente son énorme cognée à la main, bientôt suivi par quelques membres de sa progéniture visiblement plus ou moins consanguine, qui émergent de la forêt avec un air tout aussi peu accueillant. Les PJ ont intérêt à être directs et précis dans leurs demandes, car le bûcheron n'est ni patient, ni amical, et en plus de forte méchante humeur du fait de récents évènements. Sa plus jeune fille est rentrée récemment au hameau dans le plus simple appareil, victime d'une agression d'un voyageur de passage dans la région, et dont la nature des intentions était visiblement assez claire au vu de la tenue de la demoiselle. Père et fils ne tardèrent pas à mettre la main sur l'imprudent, qui passa un mauvais moment. Il est actuellement attaché à l'arbre, cible privilégiée des déchets quotidiens et envies d'urine de toute la famille. Il fut convenu qu'il fallait l'empêcher de sévir à nouveau, et l'un des fils parti à Schondorf demander au maréchal-ferrant de lui concevoir sur mesure  une tenaille adaptée à ce besoin très particulier...

 

Les PJ risquent d'être fort mal accueillis s'ils demandent à voir le coupable, à moins d'abonder dans le sens des bûcherons, par exemple lui collant sur le dos un autre forfait imaginaire. Interrogé sur la baignade, le prisonnier, nommé Darald, confirme les dires de Sam Grossepanse. Questionné sur le Prince des Voleurs, il fronce les sourcils, puis son visage s'éclaire, un air malicieux dans le regard... Bien qu'en fâcheuse posture, Darald dispose d'un peu de jugeote, et comprendra que les PJ pourraient bien être son unique occasion de se sortir de ce mauvais pas. Il laissera sous-entendre qu'il dispose des renseignements recherchés par les PJ (quitte à se faire passer pour le Prince des Voleurs), mais ne les révèlera que si ceux-ci le libèrent... Si les PJ profitent de sa situation pour commencer à le molester, les bûcherons interviendront, non pas pour le protéger, mais car il s'agit là de leur privilège... Les PJ vont donc devoir se lancer dans une délicate entreprise de libération, de préférence sans trop s'attirer les foudres des  peu commodes bûcherons. Notons que ceux-ci laissent leurs trois chiens libres d'errer dans la cour à la tombée de la nuit.

 

Les PJ peuvent également se tourner vers Linotte, la fille ...à condition de pouvoir la rencontrer, ce qui au vu des derniers évènements risque d'être passablement compliqué. La fillette de 16 ans, une rousse potelée aux formes généreuses, commencera par réitérer le mensonge de l'agression, servi à son père afin de se déculpabiliser. Si on insiste un peu, elle finira par avouer la baignade prise en compagnie de Darald et d'une autre femme...

 

Les informations récoltées par les PJ risquent d'être décevantes : Darald n'est pas le Prince des Voleurs ! Il semble d'ailleurs bien peu débrouillard, et de plus il boîte fortement, du fait d'un problème de naissance à la hanche bel et bien visible, ce qui le rend incapable de prendre une quelconque fuite en courant. Linotte pourra également fournir cette information, que les PJ peuvent de toute façon vérifier par eux même. Mais alors, le Prince des Voleurs... serait une Princesse ? Darald ou Linotte identifient bien la cape comme étant celle que portait la dernière baigneuse.... Mais, à la grande surprise de l'un comme de l'autre, ni Darald ni Linotte n'arrivent à décrire cette femme. Leur souvenir d'elle est curieusement flou... Le seul détail dont ils se souviennent clairement, c'est qu'elle dispose d'une tâche de naissance en forme de patte de chat sur la fesse droite. Darald et Linotte peuvent racontrer la fin de leur rencontre : forts déconfits par la disparition de leurs effets, chacun se sépara et pris sa propre direction. Linotte regagnait le hameau, Darald restait sur place, tandis que la baigneuse inconnue prit la direction d'un second hameau, via une route menant au pont du Tottenhelm mais contournant Schondorf par le sud.

 

 

Scène 4 : Les coupeurs d'oreilles.

 

La prochaine étape est donc en toute logique  le Rocher Venteux, l'auberge fortifiée du Totenhelm (cf description de la baronnie de Locken). En chemin, ils traverseront un second hameau, simple regroupement de fermes, heureusement nettement plus accueillant. Pour peu qu'ils s'y attardent un peu, ils apprendront que des vêtements qui séchaient négligemment sur une corde à linge ont été subtilisés récemment, au nez et à la moustache même d'une grand-mère qui était en train de les y suspendre et qui n'a vu que du feu. Le Prince des Voleurs n'était pas loin !

 

Arrivés au Rocher Venteux, les PJ y trouveront une dizaine de voyageurs, tous bloqués ici depuis la fermeture du pont par les hommes du Baron, qui guettent le passage du Prince des Voleurs. L'ambiance est pesante, les voyageurs n'appréciant pas particulièrement d'être retenus en ces lieux. Parmis ces voyageurs, 3 femmes. Difficile de les distinguer : toutes portent une tenue simple pouvant correspondre aux vêtements volés au hameau de fermiers. La première, Katya, prétend être une chanteuse itinérante ; la seconde, Heidi, une prêtresse itinérante de Shallya ; et la dernière, Octavie, la fille d'un paysan de Schondorf, qui travaille come couturière à Delberz et y retourne après une visite à ses parents. Laquelle est notre baigneuse ? Difficile de vérifier si chacune d'elle présente ou non un tâche de naissance sur sa fesse droite... L'une d'entre elles doit pourtant mentir ! Mais la chanteuse égaye effectivement la salle principale de sa belle voix, tandis que la prêtresse se propose spontanément pour soigner d'éventuelles blessures des PJ. Seul "l'alibi" de la dernière est difficilement vérifiable. Les PJ devraient pourtant s'en méfier : elle était présenté à Schondorf lors de la méprise initiale et les reconnaitra immédiatement. Elle ira discrètement prévenir l'un des hommes d'armes, qui ira lui même avertir le Baron. Ce dernier ne tardera pas à se déplacer personnellement à l'auberge, accompagné de renforts...

 

Le Prince des Voleurs se cache pourtant bien parmi ces 3 femmes. Il s'agit de Heidi. Elle utilise la bénédiction de soins pour faire croire à des pouvoirs de Shallya... Un éventuel PJ disposant de se don pourra identifier les soins prodigués comme bien faiblards ...ce que Heidi ne démentira pas, expliquant qu'elle n'est qu'une simple initiée récemment entrée dans la prêtrise. Les PJ pourront éventuellement écarter Katya. Peu farouche, elle pourrait décider de tuer le temps en s'offrant un petit plaisir avec un PJ séduisant (ou séducteur), qui aura alors l'occasion de vérifier de visu la présence ou non d'une tâche sur l'une des fesses de sa partenaire. Le comportement suspect d'Octavia pourra entrainer les PJ dans un fausse piste, cependant, Anton Skorax, le propriétaire des lieux, pourra confirmer si on le lui demande que la fille est bien de la région.

 

Que les PJ identifient ou non Heidi, la situation va rapidement tourner au vinaigre. Car notre Princesse des Voleurs n'a pas qu'un ennemi... L'un d'entre eux, Torgen le balafré, meneur d'une redoutable bande de brigands connue sous le nom délicat des Coupeurs d'Oreilles, la traque depuis longtemps. Heidi s'opposa un jour aux méthodes violentes de Torgen, lui laissant en souvenir un oeil en moins et son surnom de balafré... Depuis, la bande traque le Prince des Voleurs. Le sachant dans la région de Delberz, ils s'installèrent dans la baronnie, espérant qu'il vienne s'enfermer dans la calme région après son coup d'éclat. Ils soudoyèrent l'un des employés d'Anton Skorax pour qu'il leur signale toute information relative au Prince des Voleurs. L'employé vit Octavia prévenir les hommes d'armes de l'identification des PJ, et partit également prévenir de son côté les hommes de Torgen... Quelques heures plus tard, les Coupeurs d'Oreilles débarquent et prennent d'assaut l'auberge dans l'objectif de faire enfin couler le sang de la vengeance...

 

La fin du scénario est totalement ouverte. Si les PJ sont aux mains des hommes d'armes, du fait d'une dénonciation anticipée d'Octavia, il est possible, sur ordre d'Anton Skorax,  qu'on leur rende leur liberté pour aider à repousser l'attaque des Coupeurs d'Oreilles. Menés par Anton Skorax, les PJ et les hommes d'armes devraient pouvoir repousser les brigands et réussir à se retrancher dans l'auberge. Torgen fera alors savoir qu'il lèvera le siège si on lui livre le Prince des Voleurs et qu'on le laisse quitter la baronnie. Mauvaise nouvelle pour les PJ... Octavia les dénoncera alors immédiatement, si ce n'était déjà fait, et, cette fois, ce sont les hommes d'armes et Anton Skorax que PJ devront cette fois affronter. Loyal, Anton pourra cependant prendre leur défense si les PJ ont activement et efficacement défendu l'auberge. Pendant ce temps, un traitre est infiltré dans l'auberge : l'employé soudoyé essaiera de faire pénétrer discrètement les hommes de Torgen dans l'auberge, espérant une belle récompense pour ce geste. Si les Coupeurs d'Oreilles pénètrent dans l'auberge, c'est un véritable massacre. Anton, la mort dans l'âme, se résoudra à livrer les PJ pour épargner les autres voyageurs (ou ce qu'il en reste). Mais, rebondissement final, Heidi finira pas révéler sa véritable identité. Elle ne veut pas faire payer des innocents pour une situation qu'elle a provoquer et qui ne concerne qu'elle. Elle a d'ailleurs également participé activement à la défense et a pu montrer ses talents de bretteuse, ce qui devrait attirer les soupçons des PJ. Enfin, cette situation pourra encore être complexifiée par l'arrivée tardive du Baron et de ses hommes. Ils mettront en fuite les Coupeurs d'Oreilles, mais représenteront une nouvelle menace pour Heidi et les PJ, qui risquent d'être mis dans le même panier. Là encore, Anton pourrait bien prendre leur défense s'ils ont brillamment sauvé l'auberge. Anton pourra même aller jusqu'à braver le Baron, dont il n'apprécie guère les méthodes en général. Si jamais les PJ et Heidi sont fait prisonniers par l'un ou l'autre des partis, gageons que les talents d'Heidi lui permettront se se sortir de ce mauvais pas, et qu'elle ne manquera pas de libérer ses compagnons d'infortune à qui elle doit après tout bien ça, pour les avoir involontairement impliqués dans cette affaire.

 

 

Conclusion.

 

Les PJ peuvent gagner autant d'alliés que de redoutables ennemis.
 

S'ils ne la livrent ni à Torgen ni au Baron, Heidi sera une fidèle amie. Elle leur offirra en remerciement un anneau de son, issu des bijoux dérobés à Delberz. Mais d'ailleurs, comment est-elle encore en sa possession après la baignade ? Un bon voleur ne révèle pas ses secrets... Quoiqu'il en soit, n'hésitez pas à lui faire croiser de nouveau le chemin des PJ. Elle pourra leur être d'un précieux secours, ou au contraire leur mettre de nombreux bâtons dans les roues si les PJ l'ont livrée...

Les PJ acquérront probablement l'estime d'Anton, qui apprécie les hommes d'actions et de paroles, et reconnaitra la valeur des PJ dans leur probable défense de l'auberge. Ils seront alors à jamais les bienvenus dans son auberge, qui pourra devenir leur base arrière ...sauf si Anton est allé jusqu'à s'opposer au Baron, auquel cas il se verra contraint de refaire sa vie ailleurs.

Si les PJ font la connaissance du Baron, celui-ci risque fort de devenir un ennemi, à moins que les PJ ne livrent Heidi sans histoires. Il n'appréciera ni que le Prince des Voleurs lui filent entre les doigts, ni que l'on atteigne à son autorité, et encore moins que les PJ aient éventuellement retourné Anton contre les lui. Les PJ feraient mieux d'oublier la baronnie pendant quelques temps...

 

 

 

Enfin, si Torgen survit à la scène finale, il risque très certainement de devenit un ennemi revanchard qui traquera les PJ jusqu'à pouvoir assouvir sa vengeance. Il pourrait bien, dans ce cas, croiser leur chemin ultérieurement, sous la forme d'un adepte de Khorne par exemple en des temps plus sombres...

 

 

 

"Une histoire de fesses" dans Le Souffle des Dieux.

 

En termes d'ambiance, reportez-vous à la présentation de "Par Monts Et Par Eaux", 1er acte de la campagne. Les PJ sont des débutants, dosez bien la puissance de leurs adversaires. Donnez à ce scénario un air de joyeux foutoir, mais pour cela ne forcez pas trop sur la carte de la pression ni de la chasse à l'homme. Insistez bien sur le burlesque des situations : le vol de Sam pendant la baignade coquine, les villageois et leurs miliciens empotés, Darald le séducteur et sa fâcheuse posture, l'indice de la marque de naissance sur la fesse, et Heidi qui se joue de tout cela avec une élégante désinvolture. Ce scénario est pour les PJ l'occasion de premiers affrontements physiques sérieux, mais gardez à l'esprit qu'ils ne devront conserver de tout cela que le souvenir d'une cocasse mésaventure de voleurs et brigands. Afin que dans l'acte 3, de retour après un long voyage, l'ambiance de menace sournoise du Chaos contraste avec l'ambiance bon enfant de l'Empire que les PJ connaissaient.

Il sera important, pendant tout le scénario, que les PJ ne perdent pas de vue la piste des ravisseurs d'Aldebert. Après tout, c'est à sa poursuite qu'ils sont, et non sur celle du Prince des Voleurs... S'ils sont tentés d'esquiver tout cela en fuyant la région via un grand détour par les Collines Hurlantes, faites intervenir de manière anticipée les Coupeurs d'Oreilles. Un autre indic les aura renseignés lors de l'esclandre de Schondorf, et ils organisent alors leur propre battue en forêt. Les PJ seront alors rabattus vers le centre de la baronnie, et cette porte de sortie fermée, ils se verront bien contraints de partir sur la piste du Prince des Voleurs.

En plus du Prince, les PJ se renseigneront donc certainement sur les ravisseurs de Bernardt. Ils apprendront facilement d'Anton que ceux-ci ont traversé le Totenhelm avant qu'il ne soit bloqué par les hommes du Baron, et qu'ils se dirigeaient vers Delberz. Ils avaient libéré Aldebert afin de ne pas attirer l'attention. Celui-ci voyageait en croupe avec l'un de ses ravisseurs, un couteau discrètement mais fermement appuyé dans le dos...

La suite dans le prochain épisode : "Ne Noyez pas mon cognac !"

 

 

Générique

Par ordre d'apparition à l'écran :

 

 

 

Interlude :
- Les ravisseurs : profile de spadassin dans l'article sur les PNJ génériques.

 

Scène 1 :
- Les hommes d'armes du pont de la Torrenche : profile d'homme d'armes dans l'article sur les PNJ génériques.
- Sam Grossepanse : profile de marchand Halfeling dans l'article sur les PNJ génériques.

Scène 2 :
- Les chasseurs de prime : profile de chasseur de primes dans l'article sur les PNJ génériques.
- Les miliciens de Schondorf : profile de milicien rural dans l'article sur les PNJ génériques.
- Les habitants de Schondorf : profile de paysan dans l'article sur les PNJ génériques.

Scène 3 :
- Les bûcherons : profile de bûcheron dans l'article sur les PNJ génériques.

- Darald : profile de trainard dans l'article sur les PNJ génériques.
- Les fermiers du hameau : profile de paysan dans l'article sur les PNJ génériques.

Scène 4 :
- Le Prince des Voleurs (Heidi) : cf article sur Heidi Krahef.
- Torgen le balafré : cf article sur Torgen le balafré et les coupeurs d'oreilles.
- Les Coupeurs d'Oreilles : cf article sur Torgen le balafré et les coupeurs d'oreilles.
- Anton Skorax : cf article sur Anton Skorax.
- Les hommes d'armes du Totenhelm : profile d'homme d'armes dans l'article sur les PNJ génériques.
- Les hommes d'armes du Baron : profile d'homme d'armes dans l'article sur les PNJ génériques.
- Le Baron de Locken : je vous laisse bosser, je vais pas tout vous faire quand même :-)

 

 

Sources

 

Ce scénario est une reprise, légèrement adaptée pour le besoin, du scénario du même titre paru dans Casus Belli n°65 et écrit par Pierre Lejoyeux. L'original est disponible sur le site de Groule : cliquer ici pour le télécharger.

 

 

 

Pour aller plus loin

 

Si vous voulez prolonger un peu le plaisir, n'hésitez pas à vous servir du personnage de Heidi pour lancerles PJ dans quelques aventaures supplémentaires dans la région. Elle pourrait par exemple estimer que le baron de Locken et ses taxes abusives devraient faire l'objet d'un coup retentissant du Prince des Voleurs, d'autant plus si les PJ et/ou elles ont fort à faire avec le Baron. Notamment, si les PJ sont fait prionniers, elle pourrait les libérer en échange de leur aide à pénétrer dans les château du Baron...

 

 

Egalement, en se rendant à Delberz, les PJ pourraient tomber sur Anselme et ses sbires (cf le profile de Heidi), qui leurs causeraient alors bien des ennuis pour pouvoir mettre la main sur elle suite à l'échec de Torgen. Vous pouvez également faire jouer à vos PJ le scénario "Eureka!" (dans le supplément WJRFv1 "Repose Sans Paix") et étoffer celui-ci pour les faire retomber sur Anselme et Ludovikus. Les PJ se seraient alors fichus dans un sacré guêpier politique où l'aide de Heidi ne sera pas de trop...

 

 

 

Dernière mise à jour : dimanche 14/12/2008 à 18h59.

Tag(s) : #Jeu de Rôle, #Warhammer, #Scénario, #Une histoire de fesses, #Le Souffle des Dieux