Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Agôn

Agôn est mon dernier coup de coeur rôlistique en date. Découvert par hasard, c'est la lecture d'un scénario dans Casus Belli #8 qui a commencé par attirer mon attention. Malgré tout son potentiel, la grêce antique et mythologique est finalement assez peu explorée en jeu de rôle, et il s'agit en tout cas d'un thème qui me parle. C'est après lecture de critiques qu'Agôn a vraiment commencé à m'interpeler : comment ça, un jeu de rôle compétitif ?! Son format mimi mini et son prix raisonnable ont fini de m'achever.

Alors, Agôn, qu'est-ce donc ? Et bien, tout tient dans la rapide description que je viens d'en faire : un jeu de rôle compétitif ayant pour cadre l'antiquité mythologique. Ne vous laissez pas abuser : loin d'un Oikouménè ou d'un Praetoria Prima, l'objectif n'est pas de faire du jdr historique plus ou moins teinté de fantastique. Votre perso a une lance, une tunique et des sandales, et c'est là à peu près toute la description de background auquel vous aurez droit. Aussi intéressant que cela puisse être, Agôn n'est pas là pour vous faire revivre la Grêce Antique. Non, ici il est question d'aller poutrer de l'hydre ou du cyclope et de défier les dieux : pas besoin de longues pages de background pour ça. Dites Odyssée, Guerre de Troie et Choc des TItans, et tout le monde aura vite fait de cerner le décor.

Chaque joueur y incarne un héros (ou un demi-dieu - rien que ça !) satisfaisant les désirs des dieux de l'Olympe, en quête d'une Gloire qui fera entrer son nom au panthéon des héros, aux côtés de ceux d'Hercule, Ulysse ou Jason. Quitte à cette Gloire soit acquise en éclipsant un peu celle de ses compagnons de route et concurrents... Ainsi, bien qu'ayant un but commun (le scénario) nécessitant une cohésion de groupe pour être atteint (allez donc vous fritez tout seul contre un titan !), les personnages sont également en compétition permanente pour briller et gagner le plus de Gloire possible ("cest moi qui ai coupé le plus de têtes de l'hydre", "c'est moi qui ai eu l'idée de les brûler pour qu'elle ne repoussent pas", etc.). En fait, c'est simple : chaque jet de dé, qu'il s'agisse de jouer de la harpe ou d'affronter un adversaire, constitue une épreuve permettant à celui qui obtient le plus au score d'emporte un peu plus de Gloire. Ici, pas de coups de javeline dans le dos pour autant : la camaraderie prime avant tout, mais dans une sorte de compétition virile et fraternelle. Agôn est donc un véritable jeu, au sens classique du terme, où l'on cherche à arriver le premier, mais en passant une bonne soirée entres amis.

D'ailleurs, même le MJ est en concurrence avec ses joueurs. A l'inverse d'un jdr classique, il ne peut pas balancer des difficultés, adversaires ou périls au gré de ses envies. Mais il dispose pour cela d'un budget d'adversité, dimensionné selon le nombre de joueurs et leur niveau, et réalimenté à chaque fois que les PJ prennent une pause pour se ressourcer. Le MJ pourra dépenser des points d'advversité pour proposer des épreuves plus ou moins corsées et  balancer des adversaires plus ou moins nombreux. Fini les jets de dés derrière l'écran, dans Agôn le MJ est un joueur (presque) comme les autres !

L'essentiel des règles est conçu pour permettre de faire tourner proprement cette compétition acharnée. D'ailleurs, comme on l'apprend dans l'introduction, "Agôn" est un mot grec signifiant "lutte" ou "conflit", ayant donné "agonie" en français - tout un programme... Le système a été bien pensé et semble parfaitement servir son but, qu'il s'agisse de l'équilibrage des compétences,  des nombreuses règles permettant à la fois de trouver un moyen de surpasser ses adversaires autant que de créer une cohésion de groupe, jusqu'aux règles de gestion de l'adversité pour le MJ. Agôn a un côté très tactique, ou chacun, joueurs comme MJ, devra apprendre à gérer finement ses différents budgets de points et les forces et faiblesses de son personnage. Mention spéciale au système de conflits, un véritable jeu dans le jeu laissant deviner une grande finesse de possibilités dans le choix des placements, des armes et du dosage de témérité pour aller chercher de la Gloire...

Au final, Agôn est un jeu original et ludique (principe de compétition fraternelle), prenant pour cadre un décor évocateur et facile à s'approprier (la Grêce mythologique), tout en sachant rester un véritable jdr. Le tout servi dans un écrin de qualité et à un prix raisonnable (25€) : format et mise en page agréables, belles illustrations bien dans le ton, travail d'édition sérieux (la vf contient par exemple deux scénarios supplémentaires) pour lequel la Boîte à Heuhh mérite d'être félicitée. Un jeu qui me semble parfait pour une soirée jdr fun et héroïque sentant bon la sueur et les exploits ...à condition de digérer des règles qui, sans être complexes, me semble nécessiter quelques efforts pour être bien prises en main. Même si elles sont bien faites, il s'agit là de mon seul bémol, la difficulté d'apprentissage allant un peu à l'encontre de la manière dont je perçois ce jeu. J'espère pouvoir rapidement dissiper cette impression sur une première partie. Reste à en trouver l'occasion, et ça, ce ne sera pas une mince épreuve !

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, un PDF de 40 pages extraites du jeu est disponible sur le blog d'un des auteurs de la version française. Vous y trouverez à côté les fiches de perso de quelques héros connus. Vous pouvez également jeter un coup d'oeil aux scénarios disponibles dans les numéros #12 et #10 du Webzine rôliste le Maraudeur (le #11 proposant quant à lui une critique du jeu).

_____________________________

Crédits

Agôn, un jeu de rôle de John Harper , traduit en français par La Boîte à Heuhh

Illustration de l'article : Miguel Coimbra (couverture de l'extension Hadès pour Cyclades)

Tag(s) : #Jeu de Rôle, #Critiques, #Antiquité, #Mythologie